Categories | Revue de presse

La Chine veut restreindre les importations de livres jeunesse

Mise en ligne le 19 mars 2017

Lire Livres Hebdo du 13/3/17

Extrait

Les autorités chinoises souhaitent réduire l’influence des idées occidentales et renforcer leur contrôle idéologique, selon le quotidien South China Morning Post.

Le gouvernement chinois veut « drastiquement » réduire le nombre de livres jeunesse écrits par des auteurs étrangers et importés dans le pays, selon le quotidien hongkongais South China Morning Post.

Bien que la mesure n’ait pas été encore rendue publique par l’administration centrale, quatre éditeurs chinois ont confirmé au journal avoir reçu un ordre verbal leur enjoignant de respecter le nouveau quota imposé par le gouvernement, visant à limiter la publication d’albums jeunesse étrangers. Pékin leur a aussi vivement conseillé de publier davantage d’albums écrits et illustrés par des citoyens de Chine continentale.

La mesure a vraisemblablement pour objectif de « réduire l’influence des idées occidentales et de renforcer le contrôle idéologique » du Parti communiste chinois sur la société, selon le South China Morning Post. En effet, « [le gouvernement estime que] les albums jeunesse étrangers contiennent un peu trop d’idéologie”, assure l’un des quatre éditeurs restés anonymes dans les colonnes du quotidien hongkongais.

Un autre éditeur anonyme a également souligné au South China Morning Post que les ouvrages en provenance de Corée du Sud et du Japon ont désormais « peu de chances » d’être publiés en Chine tandis que les achats de droits étrangers seront « très limités« .

Un secteur jeunesse très dynamique

Pour autant, la jeunesse est l’un des secteurs les plus dynamiques de l’édition chinoise avec 220 millions de lecteurs de moins de 14 ans, qui lisent davantage de livres étrangers que chinois. La Chine est également le principal acheteur de droits pour la littérature jeunesse française (1031 cessions en 2015). Avec 40 000 titres pour enfants publiés en 2016, toutes origines confondues, le marché jeunesse devrait continuer de croître en raison de la suppression de la politique de l’enfant unique en 2015, qui autorise désormais les couples à avoir deux enfants.

C’est pour cette raison qu’un éditeur chinois interrogé par le Financial Times « ne pense pas que la mise en place de cette mesure restrictive puisse être effective car elle n’apporte aucun bénéfice à personne« .

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.