Les pure players prennent goût au papier

Mise en ligne le 16 avril 2017

Lire Le Figaro du 11/4/17 page 24

Extrait

Les déclinaisons en livre ou en revue se multiplient, avec une préférence pour la librairie.

Trois livres en six mois au Seuil pour le jeune site d’information Les Jours, une revue en collaboration avec les Éditions La Découverte pour Mediapart, et bientôt une déclinaison papier du site high-tech NextInpact. Depuis plusieurs mois, les pure players semblent retrouver le goût de l’imprimé, avec une multitude de succès.La Revue du crieur de Mediapart (15 euros) s’écoule à près de 9000 exemplaires tous les quatre mois. L’enquête de David Thomson Les Revenants, évoquant le retour en France de djihadistes (Seuil-Les Jours, 20 euros), s’est vendue à 36.000 exemplaires, avec de fortes retombées médiatiques.

Ce mouvement vers le papier en rappelle un autre, à la fin des années 2000. Pionniers des pure players, les sites d’information Bakchich et Rue89 avaient eux aussi lancé des déclinaisons print de leurs sites. Mais les formes différaient avec, pour Bakchich, un journal hebdomadaire vendu 1,80 euro, et pour Rue89 un magazine mensuel à 3 euros. Ces deux aventures en kiosque ont pris fin en moins de deux ans, faute d’un lectorat suffisant. Bakchich Hebdo approchait des 10.000 lecteurs, alors qu’il en visait 30.000. Rue89 Magazine, lui, s’écoulait à 19.000 exemplaires, «mais le lectorat est similaire à celui du site», déplorait alors la direction.

Enjeu de notoriété

Les initiatives des pure players d’aujourd’hui sont bien différentes. Exit la distribution en kiosque, jugée trop risquée. Les sites Web, encouragés par le succès de revues haut de gamme telles que XXI, privilégient désormais la librairie.

«Ces livres permettent de consommer autrement nos contenus journalistiques»

Isabelle Roberts

La Revue du crieur de Mediapart est disponible uniquement dans ces commerces. «Notre partenaire Le Seuil nous apporte sa puissance commerciale et son réseau de distribution», explique de son côté Isabelle Roberts, présidente des Jours.

Le site d’information, qui s’apprête à souffler sa première bougie, a signé un partenariat de trois ans avec l’éditeur. «Dès la conception des Jours, nous avons pensé à la déclinaison en livre de nos enquêtes. Le magazine ou le journal a été exclu», poursuit Isabelle Roberts. Ces enquêtes au long cours publiées sur le site sont découpées en plusieurs volets, comme les chapitres d’un ouvrage. «Ces livres permettent de consommer autrement nos contenus journalistiques, d’aller trouver un public qui ne nous connaît pas forcément et de développer notre notoriété», souligne-t-elle. Ces ventes papier, avec un tarif supérieur à un magazine, renforcent également le chiffre d’affaires du pure player.

Le site NextInpact va aussi faire le saut vers le papier. Mais il avance prudemment. Une revue sera publiée d’ici à la fin de l’année pour marquer les quinze ans de la création du site. Le média high-tech va distribuer ce numéro unique lui-même, par le biais de la plateforme Ulule. «Cette prévente, lancée en mai, va permettre de jauger l’intérêt du lectorat pour ce projet et de le financer», explique David Legrand, directeur de la rédaction. En cas de succès, NextInpact pourrait mettre en chantier une véritable revue récurrente. «Il y a une place à prendre, poursuit David Legrand. Mais nous ne maîtrisons pas les métiers du papier. Il faudra peut-être l’aide d’un partenaire.»

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.

Subscribe to Newsletter