Categories | Divers

La journée d’un journaliste en 2027 : intelligence artificielle, assistant automatique et reportage par drone

Mise en ligne le 13 mai 2017

Lire : Columbia Journalism Reviw du 11 avril

 

Le métier de journaliste a de grandes chances d’être profondément transformé, et ce à relativement courte échelle. S’appuyant sur un état des lieux des technologies d’intelligence artificielle disponibles aujourd’hui et bientôt demain, la Columbia Journalism Review nous plonge dans un quotidien pour le moins révolutionné.

 

« Ce qui aurait pris des semaines ou des mois de reportage par une équipe de journalistes d’investigation pourrait prendre un seul jour à un journaliste assisté par une intelligence artificielle. » Telle est la prédiction de la Columbia Journalism Review (CJR), revue publiée par l’école de journalisme de l’université Columbia (New York), qui a extrapolé les tendances technologiques dès aujourd’hui perceptibles, d’après une analyse de l’agence de presse Associated Press, elle-même réalisée après des entretiens auprès des chefs d’entreprises des principales sociétés liées à l’intelligence artificielle.

 

Assistés par intelligence artificielle, les nouveaux hommes du président ? Point de science-fiction ici, insiste la CJR, mais plutôt un scénario fictif, qui entrevoit un « journalisme augmenté » dans lequel le journaliste est assisté par un « arsenal » d’outils animés par intelligence artificielle, loin de la seule écriture automatisée d’articles, l’évolution jusque-là la plus fréquemment évoquée.

 

Analyse de données et identification de tendances, y compris à travers plusieurs formats de sources, production audio et vidéo à partir de texte, analyse de sentiment… Les avancées seront nombreuses, mais le succès de leur intégration dépendra des qualités humaines, nuance la CJR. Ces qualités sont les mêmes qu’aujourd’hui, elles ont à voir avec des choix éditoriaux, économiques et éthiques. Il faut néanmoins ajouter à cela la capacité des reporters du futur à travailler avec les machines, une capacité déjà questionnée aujourd’hui.

 

En 2027, en tout cas, un journaliste environnemental alerté par les capteurs de sa voiture autonome sur une décrue subite de la qualité de l’air dans son quartier – alerte développée par le journaliste lui-même en collaboration avec un data scientist – pourra confirmer cette information par l’envoi de drone, l’analyse automatique des discussions et émotions exprimées sur le sujet sur les réseaux sociaux, et un rapide tour d’horizon d’une vue du ciel depuis son casque de réalité augmentée. Son assistant automatique, triant sur le volet des milliers de textes et rapports publics, fera le reste…

 

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.