Categories | Divers

L’écriture à la main est-elle déjà de l’histoire ancienne ?

Mise en ligne le 12 août 2017

Lire : Le Magazine Littéraire du 10 août

 

Pour Deidre Lynch, professeur de littérature à Harvard, le recul de l’écriture à la main dans un monde de plus en plus numérique appauvrit la diversité des styles.

 

Auriez-vous un stylo ? Aujourd’hui, la réponse de votre interlocuteur serait certainement « non ». Dans un environnement de plus en plus numérique, mobile et dématérialisé, l’écriture manuscrite aurait tendance à reculer inexorablement.

 

Au moment de régler une facture, l’agent nous présente de plus en plus souvent un écran pour y « signer électroniquement », constate l’enseignante Deidre Lynch sur le blog américain de débats intellectuels en ligne. Pourtant, ses collègues et elle-même sont de plus en plus nombreux à exiger de leurs étudiants qu’ils se présentent avec nos bons vieux instruments du XXe siècle : des stylos et du papier.

 

Plusieurs études scientifiques ont montré le lien entre la prise de notes longues et des capacités de compréhension et de mémorisation renforcées.

 

Lorsqu’un auteur dédicace son ouvrage, la trace manuscrite de son autographe donne un gage d’authenticité au livre. Il y a un certain romantisme dans l’écriture manuscrite. On y insinue ses sentiments, sa personnalité, son humeur…

 

L’étude récente des chercheurs Trubek et Douglas montre à quel point, dans l’histoire longue et millénaire, les idéaux de rigueur dans la reproduction et dans l’automatisation ont éclipsé les valeurs de promotion des particularités individuelles. Notre tendance à écrire sur des claviers avec les mêmes lettres et les mêmes standards de typographie risque d’uniformiser et nous de faire perdre nos caractéristiques personnelles.

 

En dépit de tout cela, l’invention de l’imprimerie a paradoxalement permis de diffuser et diversifier les styles de calligraphie et ce fut une nouvelle opportunité pour faire évoluer les richesses stylistiques. Tout en supprimant l’effort que demande l’écriture manuscrite, surtout lorsqu’il s’agit de recopier des milliers de pages.

 

En revanche, les défenseurs de l’efficacité et du numérique sont toujours incapables d’expliquer pourquoi ne pas avoir de stylo sur soi a tendance, encore aujourd’hui, à faire tache.

 

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.