Categories | Revue de presse

Les médias traditionnels, remparts contre les fake news

Mise en ligne le 12 novembre 2017

Lire Le Figaro du 5/11/17
Extrait

En France, six personnes sur dix estiment que les médias traditionnels sont des sources fiables en matière d’information politique et électorale.

Dans un monde inondé par les fake news, les médias traditionnels sont de véritables valeurs refuges. C’est l’un des principaux enseignements de l’enquête sur la confiance dans les médias, menée par l’institut Kantar auprès de 8000 personnes en France, aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Brésil.

Si ces fake news, ces publications qui se font passer pour de l’information, font beaucoup de mal à la crédibilité des réseaux sociaux (58 % des sondés ont moins confiance), elles redonnent sa vraie valeur à la couverture de l’actualité en profondeur. Pour 72 % des personnes interrogées, les médias traditionnels représentent des contenus de confiance ; en France, six personnes sur dix estiment qu’ils sont des sources fiables en matière d’information politique et électorale. «On pouvait craindre que le phénomène affecte plus globalement la confiance des lecteurs dans les médias. Il n’en est rien. C’est un message fort de confiance renouvelée dans la presse traditionnelle, magazine et quotidienne», analyse Laurent Guillaume, directeur général de l’institut Kantar.

La presse écrite, une référence

«Notre étude montre qu’il y a un lien clair entre la confiance dans les médias et la volonté de payer, notamment chez les plus jeunes»

Laurent Guillaume, directeur général de l’institut Kantar.

La presse écrite – que ce soit sur papier ou en digital – demeure une référence: plus de trois quarts des personnes interrogées lui font confiance. Cette prime à l’information de qualité est une véritable opportunité pour les médias, qui travaillent sur leur stratégie de monétisation. «Notre étude montre qu’il y a un lien clair entre la confiance dans les médias et la volonté de payer, notamment chez les plus jeunes», ajoute Laurent Guillaume.

En France, 10 % des 18-34 ans sont prêts à payer pour accéder à de l’information de qualité contre 6 % des 35-54 ans et 3 % des plus de 55 ans. Le phénomène se vérifie dans les mêmes proportions dans les autres pays. .

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.