Categories | Numérique, Revue de presse

Après Apple oogle s’engage dans la lutte contre les publicités intrusives

Mise en ligne le 26 décembre 2017

Lire Le Figaro du 21/12/17 page 28

Extrait

Le 15 février prochain, le navigateur Web activera un bloqueur de pub qui ciblera les pop-ups ou les vidéos qui se lancent automatiquement.

Google tient ses promesses. Depuis l’été dernier, le géant du Web promet pour ses utilisateurs moins de pubs intrusives sur Chrome, son navigateur Web. Il vient de fixer une date: le 15 février 2018, a rapporté le site VentureBeat. À compter de cette date, et sans que cela nécessite de changer de version, Chrome chassera les publicités jugées les plus intrusives: pop-ups, vidéos en lecture automatique avec du son, interstitiels plein écran ou publicités avec compte à rebours notamment. Le dispositif s’activera si au moins un de ces formats jugés indésirables apparaît sur un site. Google a repris à son compte la classification établie par la Coalition for Better Ads, un groupement international des acteurs de la publicité en ligne auquel le géant du Web a adhéré cette année.

Google s’engage donc dans la lutte contre les «mauvaises publicités» qui font tant de tort aux acteurs du Web, qui pour la plupart vivent de la réclame. C’est le cas évidemment de Google, dont les revenus sont quasi exclusivement publicitaires. Pour l’achat de mots-clés, l’activité principale du moteur de recherche Google, la question de la mauvaise pub ne se pose pas. Elle est néanmoins le problème majeur de nombreux sites qui abusent de formats de plus en plus spectaculaires pour émerger.

Dissuader le recours aux adblockers

En promettant une navigation plus saine, Google cherche à prendre le problème en amont, pour dissuader in fine les internautes d’avoir recours à des bloqueurs de publicité type Adblock, une extension de navigateur qui filtre le contenu des pages Web pour bloquer notamment les bannières, format le plus répandu sur Internet. Avec son nouveau Chrome, Google veut aussi inciter les sites les moins «vertueux» en matière de pub à faire évoluer leurs pratiques, dans le souci de l’internaute mais aussi des sites éditoriaux qui dépendent pour la grande majorité de la publicité. Si un site «pousse» des pubs intrusives, il sera mis en garde une première fois par Google. Si les écarts se reproduisent, Chrome pourra bloquer toutes ses publicités. La méthode peut potentiellement «nettoyer» une partie du Web.

L’implication de Google marque en tout cas un tournant dans la prise en compte de la problématique publicitaire par les grands acteurs du Web. Apple s’est lui aussi lancé dans une démarche qui vise à limiter la publicité jugée trop intrusive. La dernière version de son navigateur Safari (pour ordinateur et mobile) intègre une fonctionnalité, l’«Intelligent Tracking Prevention», qui traque encore plus sévèrement qu’avant les cookies, petits fichiers qui suivent le surf des internautes pour les cibler publicitairement. Apple l’a mis en place en septembre dernier au nom de la protection des données personnelles. Au grand dam des professionnels de la publicité, mais aussi de nombreux éditeurs.

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.

Subscribe to Newsletter