Categories | Vie de l'association

Pierre Louette prend la tête du groupe Les Échos-Le Parisien

Mise en ligne le 11 mars 2018

Lire Le Figaro du 9/3/18 page 24

Extrait

Il remplace à partir de lundi Francis Morel,  PDG du groupe de presse de LVMH depuis 2011.

LVMH a officialisé jeudi matin la rumeur qui circulait depuis plusieurs semaines dans le monde de la presse: l’ex-numéro 2 d’Orange, Pierre Louette, prend à partir de lundi la présidence et la direction générale du groupe Les Echos-Le Parisien, propriété du géant du luxe. «Fort de son expérience dans le secteur de la communication, il travaillera efficacement avec l’ensemble des équipes pour encore renforcer la présence de nos titres et plus généralement la pertinence de nos médias, en particulier dans le domaine du numérique», écrit Bernard Arnault dans un communiqué.

Pierre Louette, 55 ans, a un profil multifacette mêlant médias, numérique et télécoms. Énarque, il a dirigé entre 2005 et 2010 l’Agence France-Presse, avant de rejoindre Orange comme directeur général délégué. Il y avait de nombreuses casquettes, depuis les achats du groupe au pilotage de la stratégie, jusqu’aux investissements dans des start-up et les opérations de ventes en gros de services télécoms à d’autres opérateurs. Le dirigeant se penche sur les questions du numérique depuis les débuts d’Internet en France. Il a notamment dirigé en 2000 le fonds d’investissement Europ@web, propriété de Bernard Arnault. Son arrivée à la tête du groupe Les Échos sonne un peu comme un retour aux sources.

Numériser «Le Parisien»

Pierre Louette va prendre la direction d’un groupe de presse pesant environ 330 millions d’euros. La branche Les Échos (où figure Radio Classique) est en bonne santé et affiche un chiffre d’affaires de 185 millions d’euros en 2017 (+ 6 %). Rentable depuis 2013, elle a été redressée par son PDG Francis Morel, nommé deux ans plus tôt. Sous son impulsion, Les Échos est devenu l’un des quotidiens les plus digitalisés de France. Dès 2012, le journal a mis en place un paywall sur son site Internet. Les abonnements numériques sont aujourd’hui en passe de devenir le premier canal de vente du quotidien économique (41.200  abonnés, selon l’ACPM) devant l’abonnement papier (44.000  exemplaires). Tiré par le digital, Les Échos affiche une croissance de sa diffusion payée depuis 2014, à 129.000 exemplaires par jour.

«Aujourd’hui en France» n’a pas réussi à faire décoller les abonnements numériques, qui stagnent sous la barre des 8 000 abonnés

Le groupe Les Échos s’est développé avec succès dans les services aux entreprises (annonces légales, études, formation…), qui représentent aujourd’hui 35 % de ses recettes. Francis Morel a aussi créé en 2016 avec Publicis le salon Viva Technology, qui s’est imposé dans le paysage européen des start-up.

L’homme de presse a piloté en 2015 le rachat du quotidien Le Parisien-Aujourd’hui en France au groupe Amaury. Cette deuxième branche pèse près de 150 millions d’euros. Symbole de ce mariage, Le Parisien a quitté ses locaux de Saint-Ouen pour rejoindre Les Échos dans un siège flambant neuf à deux pas de la tour Eiffel. LVMH n’a pas hésité à investir 10 millions d’euros pour redonner un coup de fouet au journal. Tous les supports ont été repensés: le quotidien, La Parisienne, Le Parisien Magazine, renommé Le Parisien Week-End

 

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.