Categories | Info filière

Golbey : la papeterie Norske Skog sous pavillon anglais

Mise en ligne le 06 mai 2018

Lire : Vosges Matin du 5 mai

Même si cela a un peu traîné durant le mois d’avril, la vente du groupe papetier Norske Skog au fonds de pension anglais Oceanwood vient enfin d’être actée. Les 7 unités de production, dont celle de Golbey, voient l’avenir se dégager.

 

Il y a eu encore un peu de suspense. Mais finalement, l’affaire s’est conclue. « On avait informé les conseils d’entreprise début avril sur le rachat du groupe. Mais cela a traîné un mois avant d’être acté et on s’est posé des questions. Désormais, tous les doutes sont levés », explique Yves Bailly, le PDG de la papeterie de Golbey. Ce dernier était en Norvège jeudi pour assister à l’officialisation de la vente du groupe Norske Skog AS au fonds de pension anglais Oceanwood.

 

Oceanwood, qui est basé à Londres et gère un capital de 2 milliards de dollars (1,7 mds d’euros) a pour habitude d’investir dans les sociétés européennes. Et était déjà rentré dans le capital de Norske Skog AS, filiale de la holding Norske Skogindustrier, chapeautant les 7 unités de production réparties dans le monde, dont l’usine de Golbey. Oceanwood avait ainsi acheté 400 M d’euros de la dette colossale de Norske Skog AS, en compagnie de l’industriel norvégien Aker, spécialisé dans la pêche.

 

Les deux sociétés avaient provoqué la vente du groupe papetier lorsqu’en novembre dernier il avait déposé le bilan. Une centaine d’acheteurs potentiels avaient ensuite été sollicités via notamment la City bank de Londres. Mais aucun n’a pu faire une meilleure offre que Oceanwood. Qui est donc devenu le nouveau patron des 7 papeteries situées en Europe mais aussi en Australie et en Nouvelle-Zélande. « Car très vite Aker a lâché l’affaire, car il n’était plus en accord avec Oceanwood », indique Yves Bailly.

 

La facture se monte donc à 235 M d’euros pour Oceanwood. Qui va mettre la main sur les actions de Norske Skog AS et va ainsi rembourser une partie des détenteurs de la dette. En gros, ce sont 235 des 290 millions de dettes et des 16 M de facilités de trésorerie qui seront honorés. Soit 69 % de la dette constatée au 31 décembre 2017. Toutefois, 211 M d’euros d’obligations ne seront jamais recouvrés.

 

Le rachat par Oceanwood satisfait globalement Yves Bailly. « La dette du groupe qui était de 1 milliard d’euros va passer à 145 M d’euros. Cela fait forcément une grosse différence ». Mais le patron de Norske Skog Golbey est surtout rassuré par l’état d’esprit du nouvel acquéreur. « Oceanwood veut continuer le travail mené dans les unités de production, mais aussi poursuivre la diversification pour avoir des revenus complémentaires. Et le fait d’avoir laissé Sven Ombudstvedt, l’ex-pdg de la holding, à la tête de Norske Skog AS est un signe fort. » Et le patron vosgien d’adresser ses « remerciements » à tous les fournisseurs « qui ont continué à nous faire confiance. » Les deux machines à papier vont donc continuer à tourner à plein régime à Golbey.

 

Share

Les commentaires sont fermés