Categories | Revue de presse

Barnes & Noble s’enfonce dans la crise

Mise en ligne le 21 juillet 2018

Lire : Les Echos du 7 juillet

 

Le géant américain de la librairie accumule les pertes et s’est séparé, cette semaine, d’un quatrième dirigeant en cinq ans.

 

La direction de Barnes & Noble ressemble de plus en plus à un siège éjectable. Mardi, le conseil d’administration du premier libraire américain a annoncé le limogeage de son PDG, Demos Parderos, pour avoir « enfreint la politique de l’entreprise », sans donner plus de précision.

 

Nommé en avril 2017, le dirigeant de 56 ans a échoué dans sa mission. Chargé de redresser la barre d’une entreprise en grande difficulté face à la concurrence de la vente en ligne – Amazon en tête – Parderos achève son mandat sur une perte de 125,5 millions de dollars en un an et une baisse des ventes en magasin de 5,4 %.

 

Au cours de son mandat, Barnes & Noble a perdu près d’un tiers de sa valeur. « Les plans de redressement prennent du temps », avait-il tenté de justifier le mois dernier.

A peine un an en poste pour les deux derniers présidents

 

La chute du pdg, qui avait auparavant dirigé la filiale nord-américaine de Staples, entérine un constat qui persiste depuis cinq ans : ramener Barnes & Noble au-dessus de la ligne de flottaison ressemble de plus en plus à une mission impossible. C’est le quatrième patron à céder sa place en cinq ans.

 

En juillet 2013, William Lynch Jr. n’avait pas résisté à l’échec du lancement de la liseuse Nook – non vendue en Europe – pour concurrencer le Kindle d’Amazon. Deux ans plus tard, c’était au tour de Michael Huseby de jeter l’éponge et de quitter son siège de président. Son successeur, Ronald D. Boire, est resté moins d’une année en poste, limogé en août 2016.

 

Demos Parderos ajoute donc son nom à la liste. En attendant la nomination d’un nouveau PDG, la tête de l’entreprise sera collégiale, avec un groupe composé du président exécutif, du directeur de la commercialisation, du directeur financier et du vice-président des magasins.

 

Un nouveau concurrent en approche

 

L’entreprise a pourtant modifié sa stratégie pour redresser la tête. Depuis cette année, elle expérimente des magasins plus petits et a travaillé son offre dans la restauration. Elle s’est également renforcée dans les jeux et les jouets après la chute de l’enseigne Toy’s  »R » Us , qui lui donnait la possibilité d’exploiter ce créneau.

 

Tous ces changements n’ont pour l’instant pas porté leurs fruits et le temps presse. A la concurrence d’Amazon pourrait bientôt s’ajouter celle d’autres géants du secteur. Selon un analyste de Kantar Retail, Robin Sherk, cité par l’agence Bloomberg, la chaîne de librairies canadienne Indigo Books and Music regarde de plus en plus de l’autre côté de la frontière pour conquérir un nouveau marché.

 

Un motif d’inquiétudes supplémentaire pour la vénérable Barnes & Noble, qui fête cette année ses 145 ans d’existence.

 

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.