Categories | Revue de presse

ByteDance, l’application vidéo chinoise qui fait un carton auprès des jeunes

Mise en ligne le 14 octobre 2018

Lire Le Figaro du 13/10/18 page 30

Extrait

Valorisée 75 milliards de dollars, cette société fait de l’ombre aux grands du secteur.

À Shanghai

Quand la messagerie WeChat a bloqué en mai les liens vers l’application de vidéos Douyin, Zhang Yiming a compris qu’il avait remporté son pari. Cet ingénieur informatique de 35 ans est la nouvelle étoile montante de la tech chinoise, à la tête de sa start-up ByteDance, dont l’application à succès inquiète même le mastodonte Tencent, propriétaire de la première messagerie de Chine. La pépite de Pékin négocie un nouveau tour de table de 3 milliards de dollars d’investissements qui pourrait propulser sa valeur à 75 milliards de dollars. Elle deviendrait alors l’une des plus belles licornes mondiales, sur les talons d’Uber.

Le visionnaire Masayoshi Son, patron du géant japonais SoftBank, fait les yeux doux à Zhang, dont les différentes applis aimantent les nouvelles générations, en particulier Douyin, qui compte déjà 500 millions d’utilisateurs actifs. Des vidéos courtes, des gags de quelques secondes souvent simplets, bourrés d’émoticones que la jeunesse consomme à haute dose dans le métro, comme au travail. «C’est très visuel. Une sorte de YouTube mobile pour les millennials chinois», résume Alexis Bonhomme, vice-président en charge de la grande Chine chez Farfetch. Un nouveau public qui appâte les marques à l’affût du premier marché en ligne du monde.

Bousculer les «BAT»

L’entreprise, lancée il y a seulement six ans, a percé d’abord grâce à Jinri Toutiao, un agrégateur créant des fils de nouvelles sur mesure, basé sur les préférences des utilisateurs.

ByteDance illustre les nouvelles tendances motrices du secteur technologique chinois: le recours à l’intelligence artificielle pour séduire la jeunesse ultraconnectée, la priorité à la vidéo et une ambition délibérément internationale. Douyin est déjà un succès par-delà la Grande Muraille sous le nom de TikTok, qui est devenu l’application iOs la plus téléchargée au monde sur l’AppleStore au premier trimestre, selon le cabinet Sensor Tower. Loin devant Facebook ou Instagram. Elle se diversifie vers la musique en rachetant fin 2017, le portail Musical.ly très populaire auprès des adolescents en Europe, en Asie et aux États-Unis. Une percée qui contraste avec la stratégie avant tout domestique des géants Baidu, Alibaba et Tencent (les «BAT»).

ByteDance illustre les nouvelles tendances motrices du secteur technologique chinois : le recours à l’intelligence artificielle, la priorité à la vidéo et une ambition délibérément internationale

Cette audace permet à l’entreprise de 6000 employés de narguer les BAT. «Il s’agit de la première application à succès qui a réussi à grandir sans dépendre financièrement de Tencent ou Alibaba», explique Alexis Bonhomme. Toujours pas rentable, Zhang affiche son indépendance comme un blason et a refusé une tentative de rachat par le géant du e-commerce au début de l’année, avant de croiser le fer publiquement avec Pony Ma, le fondateur de Tencent, l’accusant de bloquer son contenu. La jeune pousse mise sur les investisseurs étrangers pour bousculer les BAT, en talonnant déjà la valeur estimée du moteur de recherche Baidu.

Mais certains experts doutent de sa capacité à tenir seule à long terme, et entrevoient un mariage de raison avec l’un des mastodontes. Car la croissance de ByteDance reste à la merci des censeurs du Parti au pouvoir, toujours plus stricts sous la houlette du président Xi Jinping et qui ont déjà rappelé à l’ordre Douyin, menaçant son modèle de développement, basé sur l’échange de vidéos.

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.