Categories | Revue de presse

Coup d’envoi des grosses ventes de fin d’année dans l’édition

Mise en ligne le 04 novembre 2018

Lire Le Figaro du 2/11/18 page 22

Extrait

Les prix littéraires, qui tomberont la semaine prochaine, vont reconfigurer le marché avant les fêtes de Noël.

Les éditeurs passent actuellement de mauvaises nuits. Après l’essorage de la rentrée littéraire, la remise imminente des prestigieux prix d’automne devrait épuiser leurs dernières forces avant l’hiver. Le 7 novembre, les lauréats des attendus Goncourt et Renaudot seront proclamés. Deux récompenses assurées de faire les blockbusters. D’après l’institut GfK, le Goncourt s’écoule en moyenne, chaque année depuis 2013, à 407 000 exemplaires. Le Renaudot, lui, laisse entrevoir 257.000 ventes en moyenne.

Dès la proclamation des vainqueurs, les dés seront jetés: c’est, en effet, entre novembre et décembre que sont réalisées pas loin de la moitié des ventes, soit près de 1,5 million d’exemplaires ou 44,6 % des ventes totales de romans l’an passé. Les Français, qui achètent en moyenne un livre sur trois pour l’offrir, s’en remettent aux grands prix pour leurs cadeaux de Noël. Passé les fêtes, les ventes chutent drastiquement.

Comme chaque fin d’année, les grands prix vont totalement reconfigurer les ventes. En septembre et octobre, la rentrée littéraire a placé en tête Albin Michel, grâce au succès jamais démenti d’Amélie Nothomb, dont le dernier opus, Les Prénoms épicènes, s’est déjà écoulé à 88 608 exemplaires. Suit Actes Sud, avec le dernier roman de Jérôme Ferrari, déjà lauréat du Goncourt en 2012. Une surprise, le premier roman d’Adeline Dieudonné, La Vraie Vie, offre aux Éditions L’Iconoclaste la troisième position avec 42 619 ventes, devant des auteurs à succès comme Yasmina Khadra (Khalil, édité par Julliard et vendu à 34 776 exemplaires) ou Maylis de Kerangal (34 182 exemplaires d’Un monde à portée de main chez Verticales).

Galligraseuil en force

Aucun de ces titres n’est en lice pour les prestigieux prix littéraires. La dernière sélection du Goncourt, révélée le 30 octobre, a retenu Paul Greveillac pour Maîtres et Esclaves (Gallimard), Nicolas Mathieu pour Leurs enfants après eux (Actes Sud), Thomas B. Reverdy pour L’Hiver du mécontentement (Flammarion) et David Diop pour Frère d’âme (Seuil). Un titre également sélectionné par les jurés du Renaudot qui le départageront avec Gilles Martin-Chauffier pour L’Ère des suspects (Grasset), Philippe Lançon pour Le Lambeau (Gallimard), Diane Mazloum pour L’Âge d’or (JCLattès) et Pierre Notte pour Quitter le rang des assassins (Gallimard)….

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.