Categories | Revue de presse

Le glissement progressif du pluralisme aux «fake news»

Mise en ligne le 04 novembre 2018

Lire Le Figaro du 29/10/18 page

Extrait

De marginale, la « fake news » est devenue un acteur incontournable du marché de l’information et surtout un anathème que chacun s’envoie à la figure

Au-delà des invectives de Jean-Luc Mélenchon contre France Info et de la défense, parfois corporatiste, de la radio, il convient de s’interroger sur l’évolution de la notion même d’information.

Depuis deux ans, toutes les cartes sont brouillées. Avant 2016 et l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, l’enjeu majeur était de défendre le pluralisme de l’information en donnant un accès égal aux médias reflétant les différentes sensibilités politiques et opinions.

En France, le fondement d’une presse d’information libre est de pouvoir retrouver au sein du même kiosque – qu’il soit physique ou numérique – des titres aussi différents que L’Humanité et Valeurs actuelles. La liberté d’expression faisait qu’aux États-Unis, The New York Times, CNN et Fox pouvaient, à leur manière, informer les citoyens américains. Le débat d’idées était virulent mais il reposait sur un consensus autour d’une même pratique et éthique du journalisme. Les fausses nouvelles et théories du complot – qui ont toujours existé – restaient très marginales.

Mais l’inversion des proportions est malheureusement survenue quelques semaines avant l’élection du 8 novembre 2016, quand la courbe des «fake news» partagées sur les réseaux sociaux américains est passée nettement devant celle des «real news».

De marginale, la «fake news» est devenue un acteur incontournable du marché de l’information et surtout un anathème que chacun s’envoie à la figure.

Le danger est que le monde de l’information bascule de la défense du pluralisme vers l’affrontement entre « fake news » et « real news ».

Le danger est que le monde de l’information bascule de la défense du pluralisme vers l’affrontement entre «fake news» et «real news». Ce glissement est dangereux. Les «fake news» ne seraient plus alors des informations fausses mais des informations qui ne correspondent pas à notre vision des choses…

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.