CCFI

Les médias produisent moins de contenus mais gagnent en audience

Publier moins, pour gagner plus ?

 

Qu’il s’agisse de The Guardian, de The Times of London ou du média français Le Monde : tous ont fait le même constat, en diminuant leur rythme de publication, leur audience a grimpé. Alors, face à des médias comme le New York Times qui a développé un outil pour promouvoir ses articles en ligne, on peut désormais se demander si une stratégie est à privilégier plus qu’une autre.

 

Les médias qui ont tenté l’expérience ont conclu que le nombre d’articles importait peu

Selon Thomas Baekdal, analyste des médias, “qu’un magazine numérique publie 100, 500 ou 1 000 articles ne fait aucune différence. C’est la qualité et l’intérêt des articles qui comptent à la place. Nous le voyons clairement sur YouTube, où les YouTubers les plus populaires publient rarement plus d’une ou deux fois par jour. Les éditeurs regardent cela, font l’analyse, et ils découvrent que quand ils ne publient pas sut un sujet manquant d’intérêt, personne ne s’en rend compte”.

 

L’expérience consistant à moins publier, plusieurs médias l’ont testé. Parmi eux, Le Monde, The Guardian ou encore The Times Of London. Respectivement, ils ont diminué leurs publications d’articles de 25%, d’un tiers et de 15%. Tous ont vu des retombées positives. Il y a eu, tout d’abord, une augmentation de l’audience sur le site, le temps de navigation est devenu plus important et la finalité s’est traduite par un gain d’abonnés. Ainsi, Le Monde cumulait 8,4 millions vues uniques mensuelles en décembre 2018, et 9,1 millions à la même période, un an plus tard. Dans le même temps, le média a embauché plus de journalistes et a vu son audience gagner 11%.

 

The Guardian, de son côté, comptait 23,4 millions d’utilisateurs uniques en décembre 2018 et 25 millions en décembre 2019, encore une fois c’est là une évolution intéressante qui vient confirmer les propos de Thomas Baekdal : la qualité prime sur la quantité.

 

Aujourd’hui, un journaliste pense à comment son article pourrait impacter les abonnements du média

 

Comme le souligne Chris Moran, éditeur du Guardian, beaucoup de journalistes passent désormais du temps sur Ophan, un outil d’analyse en temps réel pour observer le comportement des lecteurs. Cette pratique induirait que de nombreux journalistes pensent à l’impact que pourrait avoir l’article, dont l’écriture n’est pas encore faite en générale, notamment sur les abonnements du média. Et pour s’adapter aux comportements des lecteurs, les journalistes adoptent bien souvent la gestion de leur temps, et de leur style d’écriture à la situation.

 

Certaines rédactions et éditeurs de presse dépendent des abonnements, et dans leurs cas, il est devenu nécessaire de comprendre les vues par articles et d’adopter une stratégie quant au développement de leur audience. Bien souvent, il est alors de mise de réduire le nombre de publications journalières afin d’approfondir chacun des sujets qui seront traités.

 

Lire : Siècle Digital du 4 février

 

Jean-Philippe Behr

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Demande d’adhésion à la CCFI