CCFI

Le groupe France-Antilles placé en redressement judiciaire

Nouveau coup dur pour le groupe de presse France-Antilles. Le tribunal de commerce de Fort-de-France a placé le groupe France-Antilles en redressement judiciaire avec un délai d’observation de six mois.

 

Le tribunal de commerce de Fort-de-France a ordonné mardi 25 juin le placement en redressement judiciaire pour six mois du groupe de presse France-Antilles. Le tribunal a constaté la cessation de paiement à la date du 31 mai 2019 de la société AJR Participations, détentrice à 100% du groupe France-Antilles qui édite les seuls quotidiens de Guadeloupe, de Martinique et de Guyane. L’ampleur du passif du groupe n’était pas connue ce jeudi 27 juin. France-Antilles avait été placé en 2017 en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Fort-de-France, qui avait désigné AJR Participations comme repreneur.    Pressentant des difficultés financières, AJR avait choisi début juin de se mettre sous protection du tribunal à travers un plan de sauvegarde. Les 280 salariés du groupe en avaient été informés au lendemain de l’audience. Ces derniers, inquiets pour leur avenir, s’attendent à un nouveau plan social. La nouvelle propriétaire du journal Aude-Jacques Ruettard, patronne de la  holding et petite-fille du défunt magnat de la presse Robert Hersant, avait misé sur un retour à l’équilibre financier en trois ans. Le groupe affronte des difficultés financières, tout en assurant des investissements dans l’imprimerie pour publier les éditions du journal intégralement en couleur et se positionner face au développement du numérique. Une nouvelle audience du tribunal de commerce se tiendra le 1er octobre afin de réexaminer la situation du groupe.

 

Lire : Stratégies du 28 juin

 

Jean-Philippe Behr

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Demande d’adhésion à la CCFI