CCFI

Le plus grand musée de l’imprimerie d’Europe propose un voyage merveilleux

Dans le Loiret, à 80 km de Paris, l’Atelier-Musée de l’imprimerie a ouvert en septembre 2018. Un lieu magique qui fait découvrir 600 ans d’histoire de cet art qui reste bien vivant.

 

L’Atelier-Mudée de l’Imprimerie de Malesherbes réunit environ 150 machines à imprimer, de toutes tailles et de tous âges.

 

« L’imprimerie est partout ! » Le constat est de Jean-Paul Maury, PDG du groupe Maury, 1er imprimeur de magazines de France (40 hebdomadaires, 100 mensuels et 500 millions d’exemplaires par an mais aussi 100 millions de livres). Partout, cela veut dire pas seulement sur le papier. « Allez dans un supermarché, c’est le plus grand musée de l’imprimerie du monde : du papier, du métal, du plastique, du carton, tout est imprimé », complète Jean-Marc Providence, scénographe et directeur de l’AMI. L’AMI (pour Atelier-Musée de l’Imprimerie), c’est, de son côté, le plus grand (vrai) espace consacré à l’imprimerie en Europe, qui a ouvert en septembre 2018 à Malesherbes, dans le Loiret, à 80 km au sud de Paris et 80 km au nord d’Orléans, à deux pas de la plus grosse usine du groupe Maury (six sites en France, 1.200 salariés).

 

Je voulais qu’on respire, qu’on ait de la place pour mettre en valeur ces opulentes et merveilleuses bêtes

 

Et c’est peu dire que l’espace impressionne : sur 5.000 m2, vous pourrez voir près de 150 presses et rotatives de tous les âges. « Je voulais qu’on respire, qu’on ait de la place pour mettre en valeur ces opulentes et merveilleuses bêtes », précise Jean-Paul Maury, qui répète à l’envie un seul mot pour justifier les lourds investissements financiers personnels engagés dans ce lieu : « la transmission ». « Ce musée n’est pas un espace figé, il vit. » En témoigne les nombreux groupes de jeunes qui viennent découvrir ce monde enivrant de l’imprimerie. Et qui ne se contentent pas de regarder et d’écouter (même si le spectacle des yeux est fascinant avec également une trentaine de films et d’objets multimédias). Fabriquer son papier, composer son premier texte en lettres de plomb, imprimer une première feuille… Ici on met la main à la pâte. Des employés du groupe d’imprimerie mais aussi des passionnés de l’association Artegraf font revivre ces traditions.

 

Le projet de ce musée est né il y a environ 20 ans lorsque Jean-Paul Maury, sollicité par les membres de l’association Artegraf, a acquis, la collection de Serge Pozzoli, comportant des dizaines de machines d4imprimerie. Une collection unique en Europe, qui couvre plus deux siècle d4histoire. Une fois le lieu d’exposition trouvé, la grande machine du musée a pu être mise en route. Au fil de la visite, on croise près de 150 machines à imprimer diverses et variées, petites et grandes, en bois ou en métal, mécaniques ou électriques. Il y a la Productive, la Marathon, la Pédalette… Pièce majestueuse du musée : une rotative Goss de 45 tonnes qui a imprimé le journal d’Edimbourg jusqu’au seuil des années 2000 et qui est toujours en fonctionnement.

Pour revoir notre visite guidée, déroulez ci-dessous le reportage diffusé sur Twitter le 17 avril 2019 :

 

On commence ainsi la visite avec Gutenberg (sa célèbre presse en bois est reconstituée) et sa Bible à 42 lignes. Puis on se consacre à la typographie et à la calligraphie. On poursuit avec l4histoire des imprimeurs (saviez-vous que Balzac est devenu écrivain… parce qu’il avait perdu beaucoup d’argent en tant qu’imprimeur ?), de la lithographie et de la photogravure. Et on termine avec l’imprimé numérique ou encore la sérigraphie des motifs des Carrés Hermès. Oui, l’imprimerie est partout ! Pour visiter et voyager tranquillement dans le temps, comptez une bonne demi-journée.

 

La scénographie magistrale a été imaginée par Jean-Marc Providence, ancien chef du département des expositions à la Cité des sciences et de l’Industrie à Paris, notamment consultant et membre du Haut Conseil des musées de France. Tous les sens y sont mis à contribution. « On touche, on feuillette, on entre par une histoire, une anecdote, décrypte le muséographe. Il y a un vrai appétit de récit ; l’important, c’est de raconter une histoire. » Pour le coup, le musée de Malesherbes en compte et en conte des centaines.

Un escape-game cet été

 

Vous connaissez les quatre couleurs primaires ; eh bien l’Atelier-Musée de l’Imprimerie de Malesherbes les a utilisées pour vous faire entrer dans quatre grands récits passionnants et interactifs. Le jaune pour la graphosphère (tout ce qui est imprimé, de la naissance de l’écriture aux skis et au cellophane…), le bleu pour la publicité et la presse (revivez la passionnante histoire des journaux avec des petites et grandes histoires de journalisme), le noir pour le cinéma (avec des extraits de nombreux films faisant référence à l’imprimerie) et enfin le noir pour les livres, les éditeurs et les auteurs (un grand convoyeur propose plus de 500 ouvrages classés par catégories, du premier Poche au premier livre Guide Michelin en passant par les 20 livres préférés des Français, ceux le plus vendus dans le monde mais aussi une édition japonaise des Fables de la Fontaine ou les premiers dictionnaires).

 

Bien vivant, le musée organise des formations, des stages, imprime des livres à la demande et à l’unité, accueille des artistes, chercheurs et écrivains. Et proposera cet été un escape-game. Il dispose d’une boutique de 250 m2 qui ravira les passionnés, qui disposent de produits introuvables ailleurs. Comme ces petits supports papiers pour écrire des mots doux qui, une fois plantés en terre, deviennent de jolies plantes. Quand on vous dit que l’imprimerie est partout…

 

Atelier-Musée de l’Imprimerie, 70, avenue du Général Patton, 45300 Malesherbes. Ouvert tous les jours sauf le lundi. Toutes les informations sur www.a-mi.fr

 

Lire : le JDD du 4 juin

 

Jean-Philippe Behr

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Demande d’adhésion à la CCFI