CCFI

Étude : emplois disparus, impôts envolés… Le bilan d’Amazon aux États-Unis

Les libraires américains n’empruntent plus de chemins détournés pour dire tout le mal qu’ils pensent d’Amazon, ainsi que les effets de sa politique fiscale et entrepreneuriale. L’association des libraires américains (American Booksellers Assocation, ABA) a commandé un rapport à l’agence Civic Economics pour estimer le nombre d’emplois disparus et le montant des impôts impayés suite aux activités de la firme.

Intitulée « Prime Numbers: Amazon and American Communities », l’étude de l’American Booksellers Association et Civic Economics revient sur les achats réalisés sur Amazon par les Américains et estime, à partir de ce chiffre central, le nombre de commerces fermés et d’emplois disparus, ainsi que les revenus fiscaux perdus suite aux techniques d’optimisation bien connues de la firme.

Ces rapports ne sont pas inédits, mais c’est la première fois qu’ils incluent les revenus tirés des ventes réalisées sur la Marketplace, par des vendeurs tiers qui utilisent les outils d’Amazon. Ces ventes représentent la part la plus dynamique du chiffre d’affaires d’Amazon : de 11,7 milliards $ en 2014, la part du chiffre d’affaires de la Marketplace qui revient à Amazon est passée à 16,1 milliards $ en 2015, puis 23 milliards $ en 2016.

Autrement dit, entre 2014 et 2016, la part du chiffre d’affaires d’Amazon tirée de sa Marketplace a connu une croissance de 96 %, contre une augmentation de 35 %, « seulement », de ses ventes directes. Étant donné qu’Amazon prélève 20 % de commission sur les ventes de la Marketplace, les auteurs de Civic Economics ont pu estimer la répartition entre Marketplace et ventes directes dans le chiffre d’affaires d’Amazon.

Les ventes d’Amazon et leurs effets

Établir ces distinctions était nécessaire pour calculer l’une des données mises en avant dans l’étude, le montant des impôts potentiels non collecté : en effet, si Amazon a pu se retrouver forcé d’appliquer un taux d’imposition sur ses ventes, il profite toujours d’un flou relatif sur les prélèvements obligatoires à imposer aux vendeurs tiers qui, justement, constituent la majeure partie de son chiffre d’affaires.

Afin de visualiser l’impact d’Amazon sur différents pans de l’économie américaine, Civic Economics a mis face à face les ventes sur Amazon et celles, en moyenne, réalisées par les boutiques physiques auprès d’un habitant, dans chacun des États. L’agence en a fait de même avec la superficie des commerces de détail, dans les États, et enfin avec les emplois dans le secteur de la vente au détail.

Bien entendu, le modèle obtenu ne doit pas être considéré comme une représentation exacte de la réalité…

Lire Actualitté du 15/2/19

Pascal Lenoir

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Demande d’adhésion à la CCFI