CCFI

Imprimerie de la Banque de France : transfert reporté à 2025

Le transfert de l’imprimerie de la Banque de France de Chamalières à Vic-le-Comte reporté à 2025

 

L’obligation de choisir un nouveau maître d’œuvre modifie le calendrier du projet de déménagement de l’imprimerie de la Banque de France de Chamalières à Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme). Programmé en 2023, le transfert est repoussé à 2025.

 

La Banque de France a officialisé ce vendredi, par communiqué, son obligation de trouver un autre maître d’œuvre pour son projet baptisé « Refondation », qui comprend principalement le transfert de l’imprimerie de billets de Chamalières sur le site de la papeterie de Vic-le-Comte, à Longues (Puy-de-Dôme).

Procédure administrative

 

Ce transfert, initialement programmé pour fin 2023, sera décalé d’au moins dix-huit mois, soit jusqu’en 2025. Les dix-huit mois de délai supplémentaire correspondent au temps nécessaire pour dérouler la procédure administrative visant à désigner le nouveau maître d’œuvre.

 

Ce contretemps ne constitue pas vraiment une surprise. Les représentants CGT de la Banque de France ont alerté dès le mois de mars sur les difficultés du premier maître d’œuvre, appartenant au groupe Nox et placé en redressement judiciaire depuis novembre.

 

Dans les faits, le maître d’œuvre a cessé d’être opérationnel à partir de février. La Banque de France est donc contrainte de relancer la procédure, ce qui « ne remet pas en cause l’intérêt de construire une nouvelle imprimerie fiduciaire à Vic-le-Comte », précise le communiqué.

 

En mars dernier, la Banque de France avait déjà indiqué qu’elle maintenait son projet de centre fiduciaire sur les lieux de sa papeterie, tout en précisant que le centre fiduciaire (qui assure distribution et tri des billets), actuellement sis à Chamalières (60 emplois), serait supprimé.

Le futur maître d’œuvre ne repartira pas de zéro

 

Le projet Refondation en est à l’avant-projet détaillé, c’est-à-dire la phase de conception. Le futur maître d’œuvre ne repartira pas de zéro et bénéficiera même des premières orientations prises.

 

Le décalage à 2025 du déménagement ne pose pas de problème particulier, a priori, pour le site de Chamalières. Sinon pour une partie de l’équipement industriel, dont le renouvellement n’attendra finalement pas la future installation à Vic-le-Comte.

 

Lire : La Montagne du 17 mai

 

Jean-Philippe Behr

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Demande d’adhésion à la CCFI