CCFI

Le plan des industriels pour échapper à l’interdiction du plastique

https://www.ccfi.asso.fr/wp-admin/post-new.php

Critiqués parce qu’ils inondent le marché de bouteilles, pots et autres flacons, ils misent sur le recyclage et cherchent des alternatives.

Ce mardi au Palais de Tokyo, des géants de la grande consommation vont faire l’apologie du zéro déchet et de l’économie circulaire. Réunis pour le lancement du site d’e-commerce Loop, Unilever, Danone, Coca-Cola et Carrefour vont présenter les emballages durables, imaginés comme alternative au plastique à usage unique.

Il y a urgence. Les combattants anti-plastique sont de plus en plus médiatiques. Des ONG montent des opérations de «plastic attack» dans les grandes surfaces, des leaders d’opinion réveillent la fibre écolo des consommateurs, contraignant les industriels de la bouteille, du pot de yaourt et du flacon de shampoing à s’adapter. Après la disparition des sacs plastique des grandes surfaces, une liste de produits en plastique à usage unique fait l’objet d’un projet d’interdiction au Parlement européen. Les industriels craignent davantage de noms sur la liste noire. Si les bouteilles d’eau et de soda sont au premier rang des espèces menacées, tout ce qui sert d’emballage est en danger. «Le plastic bashing est une tendance de fond, le rejet ne sera pas massif et brutal mais les entreprises doivent s’adapter», note Rémy Oudghiri, directeur de l’institut Sociovision.

Menace sur les affaires

La menace est mauvaise pour les affaires. Le 11 avril, l’assemblée générale de Nestlé (Perrier, Vittel) a été perturbée par Greenpeace. L’organisation y a dénoncé les 1,7 million de tonnes de plastique utilisées par le groupe en 2018, l’appelant à «prendre ses responsabilités». Les géants de l’eau en bouteille et des sodas sont dans la ligne de mire. Danone réalise 18 % de son chiffre d’affaires avec son activité eau (Evian, Volvic) ; des ventes menacées si les consommateurs revenaient à l’eau du robinet. Chez Coca-Cola France, «les bouteilles plastique représentent la moitié de nos ventes», indique Arnaud Rolland, directeur de la responsabilité sociale et environnementale. Son rival PepsiCo a déboursé 3,2 milliards l’an passé pour racheter Sodastream, une machine à soda avec une bouteille en plastique réutilisable à vie. Sodastream a fait du plastique à usage unique un combat. L’avoir dans sa poche permet d’équilibrer le risque…

Lire Le Figaro du 14/5/19 page 20

Pascal Lenoir

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Demande d’adhésion à la CCFI