CCFI

Une société capable de pirater les données dans le cloud

La société israélienne spécialisée dans les logiciels d’espionnage NSO, soupçonnée d’avoir piraté la messagerie cryptée WhatsApp, serait désormais capable de recueillir des données personnelles dans le cloud, le stockage à distance, en passant par le smartphone des personnes visées, a rapporté vendredi le Financial Times.

La société israélienne spécialisée dans les logiciels d’espionnage NSO, soupçonnée d’avoir piraté la messagerie cryptée WhatsApp, serait désormais capable de recueillir des données personnelles dans le cloud, le stockage à distance, en passant par le smartphone des personnes visées, a rapporté vendredi le Financial Times.

L’entreprise aurait développé une version améliorée de son logiciel phare d’espionnage, Pegasus, utilisée depuis plusieurs années par de nombreux services de renseignement pour récupérer des données stockées sur les téléphones portables, mais également sur tablettes et ordinateurs portables.

« Toutes les données personnelles »

Cela peut concerner les photos et vidéos transférées sur l’espace de stockage à distance mais également les messages archivées ou l’historique des données de localisation.

Selon le quotidien britannique, citant des sources proches, NSO Group « a déclaré à des clients que ses produits lui permettent d’obtenir subrepticement toutes les données personnelles d’un utilisateur à partir des serveurs Apple, Google, Facebook, Amazon et Microsoft ». Concrètement, le logiciel profite du fait que l’accès à l’espace de stockage personnel dématérialisé reste ouvert sur l’appareil des personnes visées pour y accéder et récupérer les données…

Lire : Challenges du 19/7/19

Pascal Lenoir

Connexion

Vous n'êtes pas connecté.

Demande d’adhésion à la CCFI