Categories | Revue de presse

Le modèle d’Apple suscite des interrogations

Mise en ligne le 25 novembre 2018

Lire le Figaro du 21/11/18 page 27

Extrait

Aux inquiétudes sur l’essoufflement des ventes d’iPhone s’ajoutent les conséquences de la politique commerciale de Donald Trump.

Les marchés financiers sont prompts à brûler leurs idoles. Après avoir fait d’Apple la première entreprise à franchir le cap des 1000 milliards de dollars de capitalisation boursière début août, les marchés financiers doutent. Des ventes moins bonnes qu’attendu et la politique commerciale de Donald Trump pèsent sur le titre.

Depuis son plus haut historique cet été à 232 dollars, l’action a perdu plus de 22 %, à 180 dollars. La capitalisation boursière du groupe a fondu de près de 220 milliards, pour revenir à 855 milliards. Les analystes financiers revoient leurs prévisions de cours à la baisse, comme Goldman Sachs, dont la perspective de cours est passée de 209 à 182 dollars. Certes, Apple n’est pas la seule valeur technologique dont le cours plonge ces dernières semaines, mais elle est la plus emblématique du secteur avec un fort effet d’entraînement sur ses pairs.

» LIRE AUSSI – Les géants de la technologie vacillent à leur tour en Bourse

Ce n’est pas la première fois que le groupe de Tim Cook est ainsi sanctionné. Le cours subit régulièrement des rallyes à la baisse, généralement à mi-trimestre, sur fonds d’inquiétude sur les ventes, avant que des résultats ne viennent rassurer le marché, entraînant une nouvelle hausse. Mais cette fois, le trou d’air pourrait être plus violent. Les craintes saisonnières sur les présumées contre-performances d’Apple ont été aggravées par l’annonce de Tim Cook au début du mois: le groupe ne dévoilera plus le nombre d’iPhone vendus trimestre après trimestre.

Or, la Bourse ne déteste rien tant que l’incertitude. Depuis une décennie, le titre est dopé aux «records de ventes historiques d’iPhone». Cette époque est révolue, tandis que les smartphones représentent encore près des deux tiers des 265 milliards de chiffre d’affaires annuel du groupe. Mais la pression de la concurrence chinoise n’a jamais été aussi forte. Huawei a doublé Apple en nombre de smartphones écoulés dans le monde, Oppo et Xiaomi suivent de près.

L’interdépendance des deux activités, ventes de services et ventes de terminaux, est telle qu’il est difficile d’imaginer que le ralentissement de l’un ne pèse pas sur l’autre

Quels sont alors les relais de croissance pour Apple? Aucun des autres produits de la marque, (Mac, iPad, Apple Watch, HomePod, Apple TV…) n’a le potentiel de vente des iPhone. Le PDG a glissé la réponse: ce sont les services, abonnements à la musique, VOD, stockage en ligne… Ils génèrent déjà 37 milliards de revenus annuels et devraient franchir la barre des 50 milliards dans douze à dix-huit mois. Le groupe investit tous azimuts dans le domaine, notamment avec l’acquisition de nouveaux droits dans les contenus.

Avec ses abonnements, Apple réalise une belle performance, mais les chiffres ne donnent plus le tournis…

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.