Categories | Numérique

Presse : les ventes digitales poursuivent leur envol

Mise en ligne le 11 mars 2018

Lire Le Figaro du 10/3/18 page 26

Extrait

Le Figaro détient aujourd’hui deux fois plus d’abonnés Premium que d’acheteurs au numéro.

De la croissance! Rarement les chiffres de ventes de la presse quotidienne nationale publiés par l’ACPM n’auront autant été dans le vert. + 5,5 % pour Le Monde, + 2 % pour Libération, + 0,9 % pour Le Figaro, + 0,7 % pour L’Équipe, + 0,6 % pour Les Échos… Les déclarations de ventes pour le mois de janvier 2018 sont particulièrement enthousiasmantes.

Le secret de cette progression quasi générale tient en un mot: le numérique. Les abonnements premium ont notoirement progressé en 2017 et affichent des taux de croissance de deux à trois chiffres selon les titres. Surtout, ce canal de vente est devenu très puissant chez certains journaux. Depuis un an, l’abonnement numérique est devenu la première source de diffusion payante pour Le Monde, avec 124.000 abonnés en janvier. C’est plus de trois fois le nombre d’acheteurs chez les marchands de journaux (37.500), et une fois et demi supérieur au nombre d’abonnés papier (86.000). La progression est galopante. En février 2017, Le Mondecomptait 24.000 abonnés numériques de moins… Un effet du passage de son offre en ligne de 17,90 à 9,90 euros par mois.

Une ressource vitale pour les journaux

Le Figaro peut aussi se targuer d’une forte progression de son site Premium, passé en un an de 58.000 à 84.000 abonnés numériques. L’abonnement papier reste la première source de diffusion, à 115.000 exemplaires, mais l’écart se réduit peu à peu. Toutefois les abonnés Premium sont désormais deux fois plus nombreux que les acheteurs au numéro (42.000 exemplaires en janvier)! Les deux canaux de ventes étaient à quasi-égalité il y a un an à peine…

Après plusieurs années de nette baisse de sa diffusion payée, Libérationest aussi revenu dans le vert (+ 2%, à 74.000 exemplaires par jour en janvier) grâce au numérique. Il dispose encore d’une confortable marge de progression de ses abonnements numériques, au nombre de 9900 en janvier (+ 15%), contre 15.000 ventes au numéro ou 20.000 abonnements papier. Le quotidien d’Altice Médias fait aussi 9000 ventes quotidiennes sur les kiosques des opérateurs télécoms.

Le sujet de la fidélisation

A contrario, les quotidiens n’ayant pas réussi à faire décoller le numérique affichent des performances négatives (Le Parisien– 0,8 %, La Croix – 2,3 %, L’Humanité– 5,5 %). Aujourd’hui en France affiche la plus mauvaise performance avec un recul de 8,8 % de sa diffusion payée, à 105.000 exemplaires en janvier. Le fort recul de sa vente au numéro (- 11 %), son premier canal de vente, n’a pas pu être compensé par un abonnement numérique inexistant. Les internautes ne peuvent en effet s’abonner qu’au Parisien, qui peine à dépasser la barre des 7000 abonnés numériques pour une diffusion totale de 203.000 exemplaires.

Le numérique ne manque toutefois pas de défis pour les éditeurs de presse. Le principal chantier est celui de la fidélisation. Le taux de désabonnement aux offres numériques oscille en effet entre 30 et 50 % selon les journaux. Il faut donc trouver des solutions pour que le lecteur reste le plus longtemps possible. Cela peut passer par l’ajout de services exclusifs, comme des newsletters, des podcasts, l’accès privilégiés à des événements ou une application personnalisée.

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.