Categories | Revue de presse

Rolf Heinz: «Prisma Media devient de plus en plus un groupe audiovisuel»

Mise en ligne le 02 juillet 2018

Lire Le Figaro du 25/6/18 page 32

Extrait

Le PDG du groupe de presse Prisma Media, est l’invité du «Buzz Média Le Figaro».

Poids lourd de la presse magazine, Prisma Media (Femme actuelle, Capital, GEO, Gala…) poursuit son virage digital en accentuant ses investissements dans la vidéo. Le groupe a réalisé 354 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017 pour un résultat opérationnel de 32 millions d’euros.

LE FIGARO. – Vous venez de communiquer vos résultats pour 2017, quel bilan faites-vous de cette année?

Rolf HEINZ. – Au-delà de notre leadership dans la presse et le digital, nous sommes de plus en plus un groupe audiovisuel, avec l’innovation et le développement au cœur de notre attention. C’est d’autant plus nécessaire quand le cœur de notre marché, la presse, est en décroissance structurelle. La vidéo est l’un des temps forts de 2017 et de 2018. Nous avons désormais six studios internes développés autour de nos marques et de leurs thématiques. Nous publions environ 5000 vidéos par mois, dont 500 sont faites dans nos studios. Les meilleurs mois, nous pouvons atteindre plus de 200 millions de vidéos vues, ce qui fait de Prisma Media le leader français en termes d’inventaire.

«Les meilleurs mois, nous pouvons atteindre plus de 200 millions de vidéos vues, ce qui fait de Prisma Media le leader français en termes d’inventaire»

Que représente la vidéo dans votre chiffre d’affaires?

Cela représente près d’un quart du chiffre d’affaires digital, qui lui-même pèse près de 25 % des revenus du groupe Prisma.

Cela permet de compenser le recul du print?

Nous avons réussi à compenser le repli de la diffusion, de la publicité print, mais aussi de la publicité digitale qui, en dehors des Gafa, est en décroissance. En 2017, la croissance de notre chiffre d’affaires digital est de 30 %. Associé à nos innovations, cela nous permet de stabiliser à peu près l’activité en termes de revenus et de résultat opérationnel. Et cela depuis cinq ans déjà.

Vos studios vidéo font du contenu pour les marques, c’est un enjeu majeur pour vous?

Oui. L’un de nos axes forts de développement est les solutions de communication pour nos annonceurs et nos partenaires en agence. Nous avons lancé une agence de conseil, Ganz, en référence à notre fondateur Axel Ganz, qui a révolutionné la presse magazine en France. Avec Ganz, nous allons faire pour nos annonceurs ce que nous faisons pour nos lecteurs: des réalisations de contenus sur tous les médias qui créent un vrai impact auprès de leurs audiences. Nous lançons aussi début juillet Influsion, une plateforme de mise en relation entre les influenceurs et les marques. Les influenceurs seront choisis en fonction du message et des objectifs de l’annonceur.

» LIRE AUSSI – Rolph Heinz (Prisma Media): «notre ambition c’est de créer les médias du futur»

Vous avez créé le média social vidéo Simone. N’est-ce pas risqué alors que Facebook réduit la visibilité de ce type de média?

Si nous n’avions fait que Simone, ça n’aurait clairement pas été la bonne stratégie. Il faut regarder l’ensemble du panorama. Lorsque je suis arrivé à la tête de Prisma Media, en 2009, le digital pesait moins de 1 % des revenus du groupe et perdait 8 millions d’euros…

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.