Categories | Revue de presse

Laurene Jobs soutient les médias de qualité

Mise en ligne le 02 décembre 2018

Lire Le Figaro du 30/11/18 page 30

Extrait

Après avoir relancé The Atlantic, la veuve de Steve Jobs investit dans un magazine d’enquêtes.

Cinquième femme la plus riche au monde avec une fortune estimée entre 19 et 20 milliards de dollars, Laurene Powell Jobs n’a pas qu’un carnet de chèques. Elle a aussi de la suite dans les idées. C’est à travers son fonds que la veuve du cofondateur d’Apple Steve Jobs vient de racheter le California Sunday Magazine et de prendre le contrôle de Pop-Up Magazine Production, dans lequel elle avait déjà investi en 2016. Point commun de ces deux affaires: ce sont des marques médias de qualité, qui défendent un journalisme exigeant et une certaine vision du métier, à l’heure où les «infox» et autres «fake news» contaminent les sites d’information en ligne. Le California Sundayest un magazine d’enquêtes couronné de plusieurs prix, dont le National Magazine Award. Pop-Up est un magazine interactif et aussi un organisateur de spectacles dans les grandes villes américaines.

» LIRE AUSSI – Le magazine américain The Atlantic recrute une centaine de personnes

Ce n’est pas la première fois que Laurene Powell Jobs, élégante femme aux longs cheveux blonds de 55 ans, vole au secours de la presse et des journalistes. Via sa fondation The Emerson Collective, qu’elle a fondée en 2004, la milliardaire a déjà procédé à plusieurs investissements ou acquisitions. L’an dernier, elle a notamment racheté le groupe Atlantic Media, éditeur du vieux newsmagazine The Atlantic, créé en 1857 à Boston et à l’origine de plusieurs publications en ligne de qualité. Alors que le paysage de la presse ne cesse de rétrécir – une étude récente fait état de la disparition outre-Atlantique de 20 % des titres depuis 2004 -, les incursions dans la presse de Laurene Powell Jobs ne sont pas seulement statutaires mais aussi salutaires. Grâce aux fonds injectés, The Atlantic (500.000 exemplaires par mois) s’est remis à recruter, au total 100 nouveaux salariés dont 50 journalistes… Le groupe, qui a longtemps été déficitaire, est revenu dans le vert.

Auparavant, Emerson Collective avait déjà investi en 2016 dans Axios, un site d’information mobile lancé par l’un des fondateurs du site Politico. Le fonds a aussi soutenu financièrement plusieurs initiatives non lucratives, toujours dans l’univers du journalisme. Notamment The Marshall Project, un projet de journalisme en ligne cofondé par un ancien rédacteur en chef du New York Times axé sur les questions liées à la justice pénale aux États-Unis. Ou encore ProPublica, un organisme en ligne qui soutient le journalisme d’investigation d’utilité publique et édite un site.

Petit empire dans la presse

Avec une certaine discrétion, ce qui est plutôt rare dans l’univers des médias, Laurene Powell Jobs est ainsi en train de se constituer un petit empire dans la presse. Comme elle l’avait expliqué au moment de sa prise de participation dans The Atlantic, elle souhaite aider les médias à remplir leur «mission critique à ce moment critique». De la même manière qu’elle n’hésite pas à mettre des fonds dans des associations d’aide à l’éducation ou à l’insertion des immigrés. Ce sont autant de causes qui lui tiennent à cœur…

Share

Les commentaires sont fermés

Notre mission

La CCFI a pour mission de fédérer tous les acteurs de l'Industries Graphiques et assurer une veille technologique nécessaire à la maitrise de nos métiers et process d'aujourd'hui et de préparer ceux de demain.